English Party dans Ouest-France – 23 août 2012

L’anglais accessible à tous les niveaux.

Lien de l’article « Ouest-France » : https://rennes.maville.com/actu/actudet_-l-anglais-accessible-a-tous-les-niveaux_52674-2200811_actu.Htm

Geoff Hellman, Nathalie Lemonnier et Yanar Baki ont installé leurs nouvelles salles de cours début 2012, au 39, boulevard Magenta, à Rennes. 

Depuis 2009, l’association English party propose des cours de soutien et de perfectionnement. Y compris l’été.

Le 3 septembre, l’English party fera, elle aussi, sa rentrée. Après ses séances d’anglais tout l’été, suivies le jeudi soir par une dizaine d’élèves, l’association reprendra ses cours de grammaire, conversations, compréhension et expression écrite, toute la semaine. Les séances, d’une heure et demie, sont assurées, selon les élèves, par deux professeurs, Nathalie Lemonnier et Geoff Hellman.
« Nous proposons six niveaux d’enseignements au total, destinés à toutes les personnes voulant apprendre ou améliorer leur pratique de la langue », explique Nathalie Lemonnier, ancienne enseignante en anglais dans l’Éducation nationale. Geoff Hellman, pour sa part, assure les séances de discussions, destinées à améliorer l’expression orale des élèves. « Nous parlons de cinéma, d’art et généralement j’organise un petit quiz de culture générale, comme cela se pratique dans les pubs », détaille ce natif de Brighton, arrivé à Rennes en 2003.

En quatre ans, l’association a gagné en notoriété à Rennes et ses alentours. « Tout est parti d’une soirée, lancée en 2008, détaille Yanar Baki, secrétaire de l’association. Français et Anglais étaient invités à converser. » D’où le nom, English party. Un an plus tard, l’association se lance dans l’enseignement destiné aux étudiants, puis aux adultes. Elle compte aujourd’hui vingt et un groupes de dix élèves.

Parmi ces derniers : salariés, ingénieurs ou chercheurs d’emploi venus maintenir leur niveau. D’autres viennent se familiariser avec la langue en vue d’un départ en vacances. Enfin, les étudiants restent nombreux. Et la demande ne faiblit pas. Certaines personnes effectuent jusqu’à 60 km pour bénéficier de ces cours.

Marc BOURREAU. Ouest-France